top of page

L' encre et moi, dans l'intimité d'un j(e)u...

Je peins à l’encre, généralement diluée avec de l'alcool isopropylique, sur des supports plastiques ou métalliques tels que le polypropylène, le pvc expansé, le Plexiglass ou encore le Dibond.

Lisses et non-poreux, ces supports ont la particularité de ne pas absorber les fluides. En utilisant l'alcool comme liant, ils permettent par procédé d'évaporation de ne garder que l'essentiel ; les pigments.

 

C'est en explorant la technique américaine du "Fluid-Art", que j'ai découvert les propriétés étonnantes de l'encre à l'alcool.

Initialement utilisée pour colorer les résines dans la fabrication de bijoux et d'objets décoratifs, j'ai détourné et expérimenté ses qualités en l'utilisant comme médium dans ma peinture. Je me suis laissée surprendre par son comportement sauvage et captivant. Avec beaucoup de patience et de travail, j'ai appris à l'apprivoiser et à m'approprier son caractère dans mes œuvres... Je me suis accrochée à sa magie...

La substance liquide de l'encre me touche. C'est comme si je la sentais couler dans mes veines... Elle m'apparait comme une matière première essentielle à la vie, comme l'eau. Elle véhicule l'organique, la sensualité, l'originel, pour me rappeler d'où je viens, ce dont je suis constituée et ce qui me rend vivante.

J'aime "jouer" avec elle ; les éclaboussures, les coulures, les empreintes, les mouvements...

Notre proximité me permets d'entrer en contact avec ma sensibilité et de projeter librement l'expression de mes émotions...

bottom of page